ACTUEL

Grâce aux partenariats, vers encore plus de durabilité dans la culture du cacao

Professor Ernst A. Brugger, Präsident der Kakaoplattform
Professor Ernst A. Brugger, Präsident der Kakaoplattform

En 2017, environ 50 % du cacao importé en Suisse provenait d'une culture durable éprouvée. D'ici 2025, cette part doit être portée à 80 %. Coopération transfrontalière et progrès mesurables : ces thèmes seront au centre de la première assemblée générale de la Plate-forme suisse du cacao durable (Plate-forme cacao).

Les activités de la plateforme sont un complément important des efforts des entreprises. « La complexité des défis exige un engagement commun et une collaboration fondée sur la confiance", déclare Urs Furrer, directeur de Chocosuisse, qui représente les fabricants suisses de chocolat au sein du conseil d'administration de la plate-forme.

Renforcer le dialogue international

La Plate-forme suisse du cacao durable est une initiative multipartite. Elle rassemble des acteurs de l'ensemble de la filière cacaoyère suisse : le secteur privé, la Confédération, les ONG et les instituts de recherche. En plus, la plateforme cacaoyère préconise une coopération étroite avec tous les acteurs majeurs du secteur cacaoyer mondial. La participation des directeurs des Autorités ghanéennes du cacao et de l'Organisation internationale du cacao souligne l'insertion mondiale des efforts de la Suisse en vue du renforcement de la durabilité.

Les membres s'accordent sur une définition commune et vérifiable de la durabilité.
Les membres s'accordent sur une définition commune et vérifiable de la durabilité.
Les acteurs et parties prenantes de la filière cacaoyère suisse - le secteur privé, la Confédération, les ONG et les instituts de recherche - se présenteront tous devant les médias.
Les acteurs et parties prenantes de la filière cacaoyère suisse - le secteur privé, la Confédération, les ONG et les instituts de recherche - se présenteront tous devant les médias.
La plate-forme cacao informe les médias sur le premier exercice.
La plate-forme cacao informe les médias sur le premier exercice social.

Fixer des objectifs clairs et mesurables

A l’occasion de la première Assemblée générale d'aujourd'hui, les membres de la Plate-forme ont adopté une définition commune et des principes concrets pour un cacao durable. Afin de pouvoir vérifier la réalisation des objectifs de l'engagement, une « task force » composée de membres de la plate-forme du cacao a élaboré un cadre de mesure transparent couvrant toutes les dimensions de la durabilité sous la forme du Monitoring, Evaluation and Learning Framework (MEL). Un premier recensement de grande ampleur fait apparaître qu'en 2017, la moitié des équivalents cacao importés en Suisse provenait de la culture durable. La plate-forme du cacao s'est fixé un objectif ambitieux, celui de porter cette part à 80 % au moins d'ici 2025.

« Les progrès réalisés dans la filière du cacao ne peuvent être documentés de manière transparente qu'avec un cadre de mesure contraignant », explique le président Ernst A. Brugger. L'association s'engage à promouvoir des conditions de vie et des moyens de subsistance appropriés pour les cacaoculteurs, à lutter contre le travail des enfants et la déforestation, et à promouvoir une plus grande biodiversité.