HISTOIRE

Comment le sucre s'est-il retrouvé dans le chocolat

Au début de la période moderne, le chocolat était consommé principalement comme une boisson.

Le premier chocolat fabriqué en Europe n’a guère en commun avec le produit actuel. Sucré, croquant et disponible partout, c’est ainsi que le chocolat se présente en 2018. Il en allait autrement il y a 500 ans : le premier chocolat fabriqué en Europe n’a guère en commun avec le produit actuel.  

Retour en 1502 : pour la quatrième fois, Christophe Colomb fait voile vers l’Amérique. Lors de ce voyage, il sera le premier Européen à entrer en contact avec le « xocoatl », une boisson (atl = eau) amère (xoco = amer) conçue à partir de fèves de cacao que les Mayas avaient déjà découverte plusieurs siècles auparavant. lls buvaient cette boisson lors de rituels sacrés – une tradition perpétuée après le déclin de la civilisation maya par les Toltèques, puis les Aztèques.

Une boisson de luxe

En 1528, le conquistador Hernán Cortés rapporte pour la première fois la boisson exotique en Europe. Rapidement, le chocolat – qui à l’époque ne se consommait que sous forme de boisson – devient un aliment réservé aux gens fortunés et au clergé. Pour le commun des mortels, ce breuvage de luxe est simplement inaccessible en raison du coût élevé du transport du cacao, d’une disponibilité restreinte et d’un processus de fabrication complexe.

Son goût aussi n’a, dans un premier temps, guère en commun avec la variante sucrée actuelle. En particulier en Espagne, le chocolat est préparé à la manière sud-américaine, avec du piment et d’autres épices fortes. À l’époque, l’usage généreux d’épices est considéré comme un symbole de prestige dans la haute société européenne.

Le triomphe du sucre

Ce n’est qu’au cours du 18ème siècle que cela change : la consommation abondante d’épices fait l’objet d’une controverse croissante parmi les médecins de l’époque. L’habitude de mets et de boissons fortement épicés, héritée du Moyen Âge, est progressivement supplantée par une prédilection pour le sucré. Le sucre – également un produit de luxe à l’époque – devient l’un des principaux biens exportés depuis les colonies d’outre-mer et finit par se retrouver également dans le chocolat.

Vous trouvez de plus amples informations concernant l’histoire du chocolat dans le livre de l’historien suisse Roman Rossfeld, « Schweizer Schokolade : Industrielle Produktion und kulturelle Konstruktion eines nationalen Symbols 1860-1920. » (Le chocolat suisse : production industrielle et construction culturelle d’un symbole national, de 1860 à 1920).