OPINION

Chocolat : « Un symbole national »

Urs Furrer est directeur du Chocosuisse et chef d'entreprise de la Fondation suisse de l’économie cacaoyère et chocolatière. Crédit photographique: Chocosuisse
Urs Furrer est directeur du Chocosuisse et chef d'entreprise de la Fondation suisse de l’économie cacaoyère et chocolatière. Crédit photographique: Chocosuisse

Urs Furrer, directeur de CHOCOSUISSE, montre pourquoi le chocolat suisse fait partie de l’identité de notre pays. 

Le chocolat suisse fait partie des produits les plus souvent associés à la Suisse. Il est un symbole typiquement suisse, une part de l’identité nationale. Comment cela est-il possible, alors que la matière première essentielle du chocolat, le cacao, ne croît que sous les tropiques, très loin de la Suisse ? 

Trois inventions suisses 

Pour répondre à cette question, il faut remonter au 19ème siècle. La success story de notre chocolat a commencé par trois découvertes suisses : le mélangeur qui a permis à Philippe Suchard d’associer pour la première fois du cacao et du sucre, la technique du conchage découverte par Rodolphe Lindt qui confère au chocolat, aujourd’hui encore, sa texture fondante et l’invention du chocolat au lait par l’entrepreneur suisse Daniel Peter. Dans la foulée de ces trois inventions majeures, l’industrie chocolatière suisse a connu une incroyable ascension. 

Qualité, innovation et passion 

La consommation de chocolat occupe en Suisse une position éminente en comparai-son internationale. En 2017, elle était d’environ 11 kilogrammes par habitant, une majeure partie de ce chocolat étant suisse. Mais les Suissesses et les Suisses ne sont pas les seuls à aimer notre chocolat. Plus de 60 pour cent du chocolat fabriqué dans notre pays est exporté. Le principal marché d’exportation est l’Allemagne, suivie de la Grande-Bretagne et de la France. 

Actuellement, le chocolat suisse jouit d’une excellente réputation. Ce succès sucré repose sur la soigneuse sélection et transformation de matières premières de grande qualité, le développement régulier de nouveaux produits et l’amélioration perma-nente des procédés de fabrication ainsi que sur des professionnels fort qualifiés qui exercent chaque jour leur métier avec beaucoup de joie, de passion et de savoir-faire, tout en observant les exigences les plus strictes en termes de qualité. 

Succès de la lutte contre les mésusages  

Dès le début, le succès du chocolat suisse a excité les copieurs. Ainsi, il y a déjà plus de cent ans, des fabricants de chocolat étrangers ont commencé à faire figurer des symboles suisses sur leurs chocolats. L’association CHOCOSUISSE, fondée en 1901, lutte avec succès depuis des décennies contre les utilisations abusives dans le monde entier. 

Propriétaire de la marque « suisse » pour le chocolat, CHOCOSUISSE défend à ce jour la bonne réputation du chocolat suisse contre les profiteurs dans plus de 100 affaires auprès d’offices d’enregistrement des marques et de tribunaux du monde entier. À la base de cet engagement se trouve une convention sectorielle prescrivant que l’indication de provenance suisse ne peut être utilisée que pour le chocolat fabriqué intégralement – du cacao au chocolat – en Suisse. 

suissitude = fabrication en Suisse 

L’exemple du chocolat suisse montre que l’une des forces de notre industrie alimen-taire réside dans la transformation de matières premières étrangères en Suisse. La « suissitude » de ces produits se rapporte au « Swiss made » stricto sensu : ce qui dé-termine le caractère suisse d’un chocolat est le fait d’avoir été fabriqué intégralement en Suisse. C’est là que se trouve la clé du succès sucré de la Suisse. Et les amatrices et amateurs de chocolat suisse pourront continuer de s’y fier à l’avenir.