PORTRAIT

Tout a commencé par un enterrement de vie de jeune fille

Les deux entrepreneurs, Thomas Ramseier et Rebecca Odermatt. Image: MiniSchoggi
Les deux entrepreneurs, Thomas Ramseier et Rebecca Odermatt. Image: MiniSchoggi

La startup helvétique MiniSchoggi propose des cours permettant de fabriquer soi-même des pralinés et de déguster des lapins de Pâques. Leur succès montre que les fondateurs ont trouvé le bon filon.

Les « hen nights » ou enterrements de vie de jeune fille n’ont pas la meilleure réputation : chaque semaine, des femmes en habits ridicules, tenant des propos graveleux et ayant un haut taux d’alcoolémie, sortent en groupe dans les rues pour fêter un enterrement de vie de jeune fille.

Le groupe de copines qui s’est inscrit en août 2014 pour le premier cours chez MiniSchoggi voulait passer le légendaire enterrement de vie de jeune fille autrement: en fabriquant et en dégustant des pralinés.  

 

Ce fut le début du succès de MiniSchoggi. Depuis lors, cette dernière est devenue une véritable entreprise avec 15 employés et trois locaux de cours à Adliswil, Zurich Wollishofen et dans le quartier de la Matte à Berne. Les cours sont toujours plus appréciés du public, comme le constate Thomas Ramseier, copropriétaire et cofondateur de MiniSchoggi.

 

Durant les cours, on transmet non seulement des recettes et des astuces de décoration, mais aussi des connaissances générales sur le chocolat et sa transformation. « Celui qui fréquente nos cours va apprendre quelque chose », déclare Thomas Ramseier non sans fierté. « Nous souhaitons sensibiliser les gens à la question. Et montrer la somme de travail qui se cache derrière les créations chocolatières. »

Tout le monde aime le chocolat

Le concept de MiniSchoggi a vu le jour à Noël 2013. Thomas Ramseier et sa partenaire Rebecca Odermatt, respectivement technologue en denrées alimentaires et pâtissière-confiseuse, ont régalé famille et amis avec des pralinés faits maison. Face à l’enthousiasme des donataires, les deux créateurs ont décidé d’en faire un commerce.

Nous souhaitons montrer la quantité de travail qui se cache derrière les créations chocolatières.

Thomas Ramseier, directeur de MiniSchoggi

Pour Thomas Ramseier et Rebecca Odermatt, il était évident dès le début de l'aventure que tout le monde aime le chocolat. Ces professionnels du chocolat, qui ont tous deux travaillé chez Lindt & Sprüngli et s’y sont d’ailleurs rencontrés, ont tout misé sur les pralinés en créant un configurateur en ligne permettent de composer des créations chocolatières personnalisées en quelques clics. Dans un premier temps, les cours n’étaient qu’un complément. Mais Rebecca Odermatt et Thomas Ramier ont trouvé le bon filon en promouvant ces réalisations faites par soi-même comme un luxe. Comme l'explique Thomas Ramier, « acheter une tourte, tout le monde peut le faire. La vraie valeur réside dans le fait de l’apprêter soi-même.»

Les deux passionnés de chocolat ont recyclé le configurateur tandis qu' au printemps 2015, MiniSchoggi a commencé à proposer aussi des cours de confection de tourtes. Le local sur l’Hirzel s’est avéré rapidement trop exigu, ce qui les a amené à se développer également à Zurich et à Berne.

Des locaux de cours à trois endroits

Mères, agricultrices ou boulangères de profession, les formatrices – il n’y a que des femmes – ont appris le métier de confiseuse sur le tard. Pour les soirées d’entreprise ou les formations continues, les expertes en chocolat viennent carrément sur place avec leur équipement. En outre, MiniSchoggi vend les matières et les produits de base utilisés durant les cours en très petits volumes via son propre magasin en ligne.

Les hauts talons sont le dernier projet du couple chocolatier. « Nous voulions proposer quelque chose de spécial pour les enterrements de vie de jeunes filles ; nous avons eu l’idée des hauts talons », explique Thomas Ramseier. Une fois moulées, les pièces sont mises à disposition et chaque participante peut décorer la chaussure à sa guise.

Toutefois, Rebecca Odermatt et Thomas Ramseier attendent encore le premier enterrement de vie de garçon dans les locaux de MiniSchoggi. Reste à espérer que les hommes troquent leur bière contre le chocolat. Peut-être faut-il aussi tabler sur des montres et des voitures en chocolat?

Image: MiniSchoggi
Image: MiniSchoggi
Image: MiniSchoggi
Image: MiniSchoggi
Image: MiniSchoggi
Image: MiniSchoggi
Image: MiniSchoggi
Image: MiniSchoggi
Image: MiniSchoggi
Image: MiniSchoggi
Image: MiniSchoggi
Image: MiniSchoggi